Quels sont les effets des drones sur les baleines à bosse ?

Un nouvel article paru ce mois-ci dans la revue scientifique Marine Mammal Science explique comment les drones peuvent être utiles pour étudier les baleines et leur comportement. L’étude évalue quantitativement les perturbations potentielles des animaux ciblés et donne des pistes pour une utilisation responsable de drones sur les cétacés.

Dans cette étude, le drone a été utilisé pour des observations sur le baleines à bosse à Vava’u aux îles Tonga. Les drones amènent une plus-value par rapport aux suivis classiques des groupes de cétacés effectués depuis un navire ou depuis une plateforme terrestre. En effet les comportements de socialisation et de « nurturing » (i.e. une mère et son baleineau se frôlent l’un à l’autre ou se touchent, la mère peut même soulever et porter la baleineau avec son rostre. Des tétés peuvent être observées au cours de ces phases) des baleines n’ont pas été détectés par des observateurs entrainés à partir d’un navire de recherche sur l’eau, alors qu’ils ont pu être mis en évidence par les images aériennes obtenues à partir des drones.

L’étude ne révèle pas de différences significatives des paramètres de plongée et de nage des baleines en présence et en absence de drone volant à une altitude de 30 m au-dessus de l’animal. Ces résultats suggèrent donc que les drones peuvent être un outil non invasif adapté pour la collecte de données morphométriques et de comportements des baleines en respectant cette altitude minimale de vol.

Néanmoins,  les auteurs de l’étude soulignent la nécessité de réaliser davantage de recherche sur l’utilisation de drones à des altitudes inférieures à 30 m en ciblant différentes espèces de cétacés, et comprendre si ces survols d’engins à de basses altitudes affectent les cétacés et leurs comportements.

Source : Fiori, Lorenzo et al. (2019). Insights into the use of an unmanned aerial vehicle (UAV) to investigate the behavior of humpback whales (Megaptera novaeangliae) in Vava’u, Kingdom of Tonga. Marine Mammal Science. https://doi.org/10.1111/mms.12637

© CEDTM SD-LH
Un drone survolant une baleine à bosse à La Réunion frappant avec force la surface de l’eau avec sa nageoire caudale – © CEDTM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *