Les standards élevés de la pratique n’auront de sens que s’ils sont adoptés par tous, pour le bien commun de tous, et au-delà des intérêts individuels. Le constat actuel, à La Réunion mais aussi ailleurs sur le territoire national, est que les parties prenantes de l’activité d’observation des cétacés sont de natures très diverses (établissements publics, organisations non-gouvernementales et associations, opérateurs privés du milieu maritime, grand public…). 

Cette pluralité d’acteurs aux divers intérêts, souvent économiques, est source de diversité, voire de divergence, dans la perception de la pratique de l’activité et de ses impacts. 

Le défi environnemental, qui dépasse celui de la simple observation des cétacés, est de par sa nature un défi sociétal majeur. D’autres problématiques similaires ont montré que le conflit entre parties prenantes n’est pas productif, et par conséquent pas souhaitable. Il importe, à l’échelle de La Réunion, que l’ensemble des parties prenantes adoptent une identité commune de la pratique pour son développement durable et responsable, représentant un objectif commun global. L’ensemble des mesures identifiées ici vont dans ce sens.

Etat d'avancement
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *