Quiétude cétacés

Rapports et publications

Des publications scientifiques sur l'observation des cétacés à La Réunion

L’équipe Quiétude récolte de la donnée en mer lors de chaque sortie de sensibilisation afin de suivre l’évolution de l’activité du whale-watching dans le temps.

La collecte de données porte sur les observations d’animaux, les observateurs et les interactions entre ces derniers, leur niveau de connaissance et de respect des règles, les réponses comportementales des animaux. L’analyse de ces données alimente les réflexions sur l’impact de l’activité sur les animaux et se révèle nécessaire pour actualiser les préconisations portées au niveau local, national et international.

Publications scientifiques sur l’observation des cétacés à La Réunion

Hoarau, L., Dalleau, M., Delaspre, S., Barra, T. & Landes, A.E. Assessing and Mitigating Humpback Whale (Megaptera Novaeangliae) Disturbance of Whale-watching Activities in Reunion Island. Tourism in Marine Environments, Volume 15, Numbers 3-4, 2020, pp. 173-189(17).

https://doi.org/10.3727/154427320X15943326793398

Whale watching, including swim-with-whales activities, is developing at an enormous rate in Reunion Island. This is raising concerns about its impacts on breeding humpback whales and challenging the sustainability of the activity. In 2017, a dedicated-at-sea patrol team, « Quiétude, » was created to observe, monitor, and raise awareness to the whale watchers in order to improve compliance with local guidelines. In this context, the team assessed whale watching in Reunion Island during two humpback whale breeding seasons in 2017 and 2018, between June and October. Sighted groups were mostly composed of mother/calf pairs spending most of their time resting near or at the surface. Whale-watching vessels were present in 85.1% of sightings, of which 68.4% were recreative. Swimwith-cetaceans activities were very frequently observed in 42% of sightings. Overall, compliance with the charter was as high as 68% of whale sightings with vessels/swimmers were in line with the recommendations. However, low compliance (32.8%) was observed with the specific recommendations of swim-with-cetaceans activities. Swimmers were reported in surface active groups displaying agonistic behaviors, which poses evident human safety concerns. Humpback whale resting behaviors were disrupted significantly by whale-watching activities. Humpback whales tended to avoid vessels and swimmers, especially when their behavior was intrusive or not compliant with the charter. Positive humpback whale responses were more likely to occur if the charter’s recommendations were not breached. Our results highlight how a nonbinding regulation, with recommendations scrupulously pursued, allows for a reduction in whale-watching disturbances and supports a better tourism experience. Our results advocate for reinforcing tourism education, whale-watching adaptive management and regulations, specifically for vulnerable groups with a calf, and for the swim-with-whales activities. This could be efficiently achieved by engaging all stakeholders and the permanent team on the field « Quietude » to enhance dissemination of best practices and sensitivity around sustainable values of implemented regulations.

Barra, T., Bejder, L., Dalleau, M., Delaspre, S., Landes, A.E., Harvey, M. & Hoarau, L. Social Media Reveal High Rates of Agonistic Behaviors of Humpback Whales in Response to Swim-with Activities Off Reunion Island. Tourism in Marine Environments, Volume 15, Numbers 3-4, 2020, pp. 191-209(19). 

https://doi.org/10.3727/154427320X15960647825531

The effect of nature-based tourism on wildlife has been the focus of much attention. Studies have demonstrated how boat-based cetacean-watching tourism can cause both short-term and long-term effects on targeted populations. However, limited attention has been given to the effect of swim-with activities on humpback whales (Megaptera novaeangliae). This study qualified whale responses to swim-with activities off Reunion Island during the 2018 humpback whales breeding season. We used both under- and above-water videos collected from social media outlets, commercial whale-watching operators, and audiovisual professionals. We documented a high rate of agonistic whale behaviors (during 42.1% of all observations; n = 164) towards swimmers within videos containing swim-with events. We documented seven agonistic behaviors including threat, attack, or defense behaviors that were predominantly exhibited by mother/calf groups (73.8%; n = 121) and by singletons (16.5%; n= 27). Pectoral shears (27.4%) and fluke thrashes (23.2%) were the most exhibited agonistic whale behaviors aimed towards swimmers, both of which pose a danger and serious injury to swimmers. During swim-with attempts whales changed their behavioral state (82.3%, n = 159) and used avoidance tactics to avoid swimmers (56.1%, n = 92). Whales exhibited a higher rate of agonistic behaviors when swim groups were active and dispersed, in contrast to when they were quiet and compact. To mitigate whale disturbance and improve swimmer safety, we recommend avoiding swimming with whale groups containing calfs. Our findings support the implementation of strong regulations and educational tools to ensure a sustainable practice of whale watching off the Reunion Island.

  1. Chazot, J.; Hoarau, L.; Carzon, P.; Wagner, J.; Sorby, S.; Ratel, M.; Barcelo, A. Recommendations for Sustainable Cetacean-Based Tourism in French Territories: A Review on the Industry and Current Management Actions. Tour. Mar. Environ. 2020, 15, 211–235.

https://doi.org/10.3390/ani11092674

Whale-watching activities provide important socioeconomic benefits for local communities and constitute powerful platform incentives for marine mammals’ protection or more broadly marine environments. However, these activities can cause adverse effects on targeted populations, with considerable downside associated risks of injuries and fatality for whale watchers during in- water interactions.

France with its overseas territories has the second largest exclusive economic zone (EEZ), in which more than half of existing cetacean species are encountered. In these territories, recreational and commercial whale watching, including swim-with cetacean activities, have recently developed. Yet few studies focused on these activities and their associated impacts across French territories, leading to an unclear assessment of the situation.

To address this issue, we reviewed cetaceans’ occurrence within the French EEZ, whale-watching industry, targeted species, local management of marine mammal-based tourism activities, and regulations in France mainland and some overseas territories (Reunion Island, Mayotte, and French Polynesia).

Forty- eight species are encountered in the French EEZ, and 15 are targeted by whale-watching activi- ties. A total of 185 operators, including 34% offering swim-with-cetaceans tours, offered trips in France and overseas in 2019. While several more or less restrictive regulations exist locally, our results indicate that French’s national legal framework for marine mammals’ protection remains inadequate and insufficient to cope with the recent development of this activity. As conservation biologists, managers, and stakeholders from these French territories, we cooperated to provide general guidelines for a sustainable development of whale watching at a national scale.

We urge (1) to legally acknowledge and regulate whale-watching commercial activities; (2) to create a national legal framework regarding whale watching and swim-with marine mammals practices, while accounting for local distinctiveness and disparities across regions; (3) to conduct more research to evaluate local short- and long-term impacts on targeted marine mammal populations as well as the socioeconomic benefits; and (4) to reinforce synergetic relations between the different stakeholders.

QuintanaMartín-Montalvo, B.; Hoarau, L.; Deffes, O.; Delaspre, S.; Delfour, F.; Landes, A.-E. Dolphin Watching and Compliance to Guidelines Affect Spinner Dolphins’ (Stenella longirostris) Behaviour in Reunion Island. Animals 2021, 11, 2674.

https://doi.org/10.3390/ani11092674

Marine wildlife tourism has rapidly developed in Reunion Island, due to a large demand for interactions with a resident population of spinner dolphins (Stenella longirostris). The presence of dolphin-watching vessels close to dolphin groups can cause short-term impacts on their behaviour; cumulative incidences likely result in deleterious long-term impacts on the population. Using scan sampling, we collected behavioural data on spinner dolphins to evaluate the short-term effects of dolphin watching on their behaviour. The dolphins were less likely to begin socialising or diving while travelling and more likely to stay travelling and milling in the presence of vessels. Additionally, activity budgets for resting and socialising decreased simultaneously with increased travelling and milling. Avoidance responses significantly increased with an increase in the number of vessels and non-compliance with the local dolphin-watching guidelines. These behavioural responses are likely to have energetic costs for the dolphins, which may lead to decreased survival and reproductive success at individual and population levels. More restrictive regulations, increased surveillance and animal-based measures are key tools to adapt the conservation efforts in Reunion Island. Further studies on the island’s resident dolphin populations are necessary to ensure the continuity of dolphin- watching activities in a sustainable manner.

Les rapports des saisons de baleines à La Réunion

Chaque année, l’équipe dresse un bilan de l’activité d’observation des cétacés pendant la saison des baleines (juin à octobre).

Ces bilans contiennent les résultats des observations biologiques et des observateurs de cétacés en particulier de la baleine à bosse Megaptera novaeangliae et des espèces de delphinidés Tursiops aduncus et Stenella longirostris.

HOARAU L., DELASPRE S., LANDES A-E., DALLEAU M. 2017. Bilan de la saison des baleines 2017 de l’équipe Quiétude. 25p.

Télécharger le rapport

La saison baleine 2017 a été très importante tant en termes de groupes de baleines observées que de navires en observation. L’effort de l’équipe Quiétude en mer a été par conséquence important tant en termes de présence sur le terrain (plus de 1902 km parcourus et plus de 192 heures passées en mer au cours de la saison) que de fréquence de sensibilisation.

Les catégories de bateaux les plus présentes sur le plan d’eau en situation d’observation des baleines correspondaient aux « locations de bateaux » (36.9% des observations). C’est également dans cette catégorie que le nombre de sensibilisation a été le plus élevé (40% des sensibilisés). Les plaisanciers représentent également une part importante des observateurs et des sensibilisés. Il en résulte que la part récréative du whale-watching à La Réunion prédomine sur la part des professionnels commerciaux (environs 62% des observateurs appartiennent à la catégorie récréative contre 23% appartenant à la catégorie commerciale, et 15% indéterminée). Il apparaît donc nécessaire pour les saisons futures d’axer les sensibilisations sur les catégories récréatives et d’adapter les outils de communication et d’éducation sur ces usagers.

La charte d’approche a été globalement respectée durant cette saison avec 69% de nos observations préliminaires correspondant à un respect de la charte. Il est cependant important de souligner que ces données ne prennent pas en considération certains points de la charte (tels que les temps d’observation) conduisant vraisemblablement à une surestimation de ce pourcentage. En revanche, de nombreux points peuvent être améliorés tels que le nombre de bateaux en observation, la vitesse de navigation et les mises à l’eau. Ce dernier point a été particulièrement problématique au cours de la saison 2017 puisque seuls 39.5% des mises à l’eau ont été effectuées en accord avec les règles de mises à l’eau de la charte. De plus, certaines des mises à l’eau impliquaient des comportements à risque pouvant mettre en danger les baigneurs. Un effort de communication sur la charte et particulièrement sur les conditions favorables pour une « nage avec les cétacés » devra être accentué pour les saisons à venir. La mise en place d’un protocole de mise à l’eau ou d’approche sous-marine des cétacés devra faire l’objet d’un groupe de travail. La mise en place d’un réseau de bénévoles pour sensibiliser les touristes et le grand public pendant la saison baleine serait très bénéfique pour les professionnels commerciaux du secteur et la quiétude des cétacés.

Il apparaît également que de nombreuses dérives sur le plan d’eau ont été constatées (concurrence déloyale, activité commerciale illégale de particuliers sur des bateaux de locations et plaisanciers sur leur propre navire...). Ces points relèvent des autorités compétentes mais nuisent à l’activité du whale-watching et à son image à La Réunion. Cependant, l’équipe a regretté une implication insuffisante des autorités gouvernementales dans le management et le renforcement/encadrement de cette activité, qui repose sur l’autorégulation et la collaboration avec les organisations non-gouvernementales et associations pour son management.

Les prises de données ont été très utiles au cours de cette saison, elles ont entre autres permis de caractériser et quantifier pour la première fois l’activité du whale-watching à La Réunion. Une amélioration du protocole de prise de données pourra être mis en place dès la saison prochaine dans l’objectif d’affiner la caractérisation de cette activité et mieux évaluer les interactions hommes/cétacés.

HOARAU L., DELASPRE S., LANDES A.-E. L., DALLEAU M. 2018. Activité d’observation des cétacés à La Réunion : Bilan de la saison des baleines 2018. 33p

Télécharger le rapport

La saison baleines 2018 a été très importante tant en termes de groupes de baleines observées que de navires en observation. L’effort de l’équipe Quiétude en mer a été par conséquence important en termes de présence sur le terrain (plus de 2444 km parcourus et plus de 216 heures passées en mer au cours de la saison).

La catégorie de bateaux la plus représentée sur le plan d’eau en situation d’observation des baleines était la « location » (43% des bateaux comptabilisés et 70% de présence). Les transporteurs de passagers et plongeurs représentent quant à eux chacun 18% des bateaux en observation. Viennent ensuite les plaisanciers particuliers qui représentent 12,1% des observations.

La charte d’approche a été globalement respectée durant cette saison avec 71% de nos observations correspondant à un respect de la charte d’approche des cétacés et des tortues marines (+2% par rapport à 2017). Il est cependant important de souligner que ces données n’ont pas systématiquement pris en considération certains points de la charte (tels que les temps d’observation) conduisant vraisemblablement à une surestimation de ce pourcentage.

Seules 38% des mises à l’eau ont été effectuées en accord avec les recommandations des mises à l’eau de la charte, ce pourcentage bien qu’en légère augmentation reste faible (-1.5% par rapport à 2017). De plus, certaines des mises à l’eau impliquaient des comportements à risque pouvant mettre en danger les baigneurs.

HOARAU L., DELASPRE S., LANDES A.-E. L., DALLEAU M. 2019. Activité d’observation des cétacés à La Réunion : Bilan de la saison des baleines 2019. 27p

Télécharger le rapport

La saison des baleines 2019 a été bien moindre que les saisons précédentes (2017 et 2018). Cette saison 2019 a en effet été caractérisée par un nombre de groupes de baleines observé par l’équipe Quiétude sur la côte ouest de La Réunion cinq fois moins important que la saison passée. La fréquence d’observation a été divisée par plus de deux par rapport aux années précédentes. Bien que les dates de début de saison soient similaires entre les trois saisons (mi- Juillet), la fin de saison 2019 a été précoce (début septembre 2019) par rapport à 2017 et 2018 (fin octobre).

L’effort de l’équipe Quiétude en mer a été important en termes de présence sur le terrain (plus de 855 km parcourus et plus de 88 heures passées en mer au cours de la saison)

La catégorie de bateaux les plus représentés sur le plan d’eau en situation d’observation des baleines correspond cette année aux « transporteurs de passagers » (35% des bateaux comptabilisés et 61.1% de présence), suivi des « locations » (32.5% des bateaux comptabilisés et 55.6% de présence).

La charte d’approche a été globalement respectée durant cette saison avec 72.2% des observations par l’équipe Quiétude correspondant à un respect de la charte d’approche des cétacés et des tortues marines (+1% par rapport à 2018). Il est cependant important de souligner que ces données n’ont pas systématiquement pris en considération certains points de la charte (tels que les temps d’observation) conduisant vraisemblablement à une surestimation de ce pourcentage.

En revanche, de nombreux points peuvent être améliorés tels que le nombre de bateaux en observation, la vitesse de navigation à la côte et les mises à l’eau. Ce dernier point « mises à l’eau », bien que pratiqué dans un meilleur respect de la charte par rapport aux années précédentes (58% des mises à l’eau dans le respect des recommandations), fait toujours objet de polémique car certaines des mises à l’eau impliquaient des comportements à risque pouvant mettre en danger les baigneurs et à l’origine de dérangements pour les cétacés observés.

Enfin, une difficulté récurrente sur le plan d’eau et impactant les conditions d’observation des cétacés est la non-reconnaissance de l’activité d’observation des cétacés d’un point de vue juridique. Cette situation génère une pratique de l’observation sous différentes formes et régimes, engendrant des situations perçues comme de la concurrence déloyale et des conflits entre usagers sur le plan d’eau. Cette remarque est remontée depuis 2017 à chaque occasion par l’équipe Quiétude auprès des structures institutionnelles.

LANDES A.-E. L., QUINTANA MARTIN-MONTALVO, B., DELASPRE, S. 2020. Activité d’observation des cétacés à La Réunion : Bilan de la saison des baleines 2020. 39p.

Télécharger le rapport

La saison des baleines 2020 a été similaire à la saison précédente en termes de présence de baleines observées par l’équipe Quiétude en mer sur la côte ouest de La Réunion. Le nombre de groupes observés reste environ cinq fois moins important que les saisons précédentes depuis 2017, ces derniers se trouvant davantage sur la zone « du Sec ». La fréquence d’observation est également inférieure en 2019-2020 par rapport à 2017-2018. Bien que les dates de début de saison soient similaires pour les quatre saisons étudiées (mi-juillet), en 2020 la fin de saison a été précoce (début septembre) par rapport à 2017-2018 (fin octobre), comme l’année précédente.

En 2020, la faible présence de baleines et le report de l’activité de whale-watching sur les groupes de dauphins a mené l’équipe à augmenter les déplacements en mer afin de caractériser les diverses zones d’observation. Ceci explique le plus important effort en mer en comparaison avec 2019 en termes de présence sur le terrain (environ le double de kilomètres parcourus qu’en 2019) et en heures passées en mer au cours de la saison.

Cette année, la répartition sur le plan d’eau des navires en situation d’observation des baleines est tenue à parts égales entre les catégories « transporteurs de passagers », « plongeurs » et « locations » en nombre de bateaux comptabilisés pour chaque catégorie. Comme les saisons précédentes, les navires dits « récréatifs » ont représenté 10 % des navires comptabilisés. Les taux de présence par catégorie de navires sont similaires à ceux de l’année précédente, à l’exception des navires de plongée, dont la présence d’au moins un navire a été reportée dans 70 % des observations. L’évolution du nouvel arrêté n°2479 du 20 juillet 2020, qui a rendu obligatoire la présence d’un encadrant certifié lors des mises à l’eau, est vraisemblablement à l’origine de cette augmentation du nombre de navires de plongée en observation des baleines comparée au saisons précédentes.

La réglementation d’approche a été globalement respectée durant cette saison par tous les types d’observateurs. Les fréquences de « non-respect » des préconisations varient légèrement parmi les catégories d’observateurs. Il est cependant important de souligner que ces données ont été collectées dans la mesure du possible, conduisant vraisemblablement à une surestimation de ce pourcentage. Certains points peuvent être améliorés, comme la disposition et le nombre des navires présents, ainsi que la période de quiétude, globalement moins bien respectés Bien que les mises à l’eau soient dorénavant encadrées, des groupes dispersés et actifs ont été fréquemment reportés.

Enfin, une difficulté récurrente sur le plan d’eau et impactant les conditions d’observation des cétacés est la non-reconnaissance de l’activité d’observation des cétacés d’un point de vue juridique. Cette situation génère une pratique de l’observation sous différentes formes et régimes, engendrant des situations perçues comme de la concurrence déloyale et des conflits entre usagers sur le plan d’eau. Cette remarque est remontée depuis 2017 à chaque occasion par l’équipe Quiétude auprès des structures institutionnelles, et partagée communément dans les échanges du réseau SOMMOM (http://reseau-whalewatching-france.com/).

LANDES A-E., QUINTANA B., DELASPRE S. 2021. Activité d’observation des cétacés à La Réunion : Bilan de la saison des baleines 2021. 45p.

Télécharger le rapport

La saison des baleines 2021 a été caractérisée par une très faible présence de baleines à bosse, avec 10 fois moins d’observations en mer par l’équipe Quiétude comparé aux années 2017 et 2018, et moitié moins par rapport à 2020. Ainsi, on constate une diminution de la fréquentation des baleines à bosse depuis le début de cette étude, pour laquelle l’explication n’a pas encore été élucidée par la communauté scientifique. On remarque que la distribution spatiale des baleines est similaire au cours des années, avec une forte concentration sur la zone du Sec (70 m de profondeur, en face du Cap La Houssaye). Cependant, lorsque les baleines sont nombreuses (saisons 2017, 2018) elles occupent un plus large territoire jusqu’à proximité de la côte (30 m de profondeur), notamment dans la RNMR. Bien que les dates de début de saison soient similaires pour les cinq saisons étudiées (mi-juillet), en 2021 la première baleine a été observée le 31 juillet, et la fin de saison a encore été précoce par rapport à 2017 et 2018 (mi- septembre pour 2019, 2020 et 2021, contre fin octobre). Les saisons des baleines étudiées depuis le début de ce programme peuvent ainsi se distinguer en deux groupes : 2017-2018, avec forte présence de baleines pendant plus longtemps; et 2019-2021, avec une moindre présence en nombre de baleines et dans le temps. Il est important de souligner que pendant l’hiver austral 2021 la fréquentation des baleines a été particulièrement faible dans plusieurs territoires où les baleines migrent pour se reproduire (La Réunion, Nouvelle Calédonie, Madagascar, côte ouest de l’Australie).

Cette année 2021 un nouveau type d’observateurs s’est ajouté aux déjà existants, les navires de transport de passagers en activité de mise à l’eau (MAE). Ainsi, la répartition sur le plan d’eau des navires en situation d’observation des baleines diffère des années précédentes. Les transporteurs de passagers restent les observateurs le plus souvent présents (en nombre de navires et en taux de présence), suivis des navires de location, puis à des faibles proportions les navires dédiés aux MAE (plongeurs et navires de passagers en MAE). Le comportement évasif des baleines présentes durant la saison (remarqué par l’équipe Quiétude et aussi par les différents observateurs de façon générale), a sans doute rendu difficile toute tentative de MAE, ce qui expliquerait une plus faible présence de ces catégories d’observateurs autour des baleines. En revanche, l’observation de dauphins s’est déroulée différemment : les navires dédiés aux MAE et les navires de location ont été représentés à parts égales en termes de nombre cumulé de navires en observation et taux de présence sur une observation. A titre illustratif, il y avait au moins un navire dédié aux MAE (plongeur ou transporteur de passager) et un navire de location une fois sur deux sur les observation de dauphins. Les transporteurs de passagers restent tout de même la catégorie d’observateur plus présente en nombre et taux de présence, doublant les autres catégories.

Par ailleurs, les données révèlent que le secteur commercial de l’activité continue de se développer avec de nouveaux opérateurs de whale-watching et de nouveaux navires sur le plan d’eau enregistrés en 2021, tels que les transporteurs de passagers dédiés uniquement aux MAE. Ce point met en exergue la nécessité d’une structuration de l’activité avec la mise en place d’outils de formation (pour les nouveaux opérateurs et autres), nécessitant une reconnaissance de l’activité à plus large échelle.

La réglementation d’approche a été globalement respectée durant cette saison par tous les types d’observateurs. Les fréquences de « non-respect » des dispositions de l’arrêté varient légèrement parmi les catégories d’observateurs. Il est cependant important de souligner que ces données ont été collectées dans la mesure du possible en suivant l’évolution des zones d’observation, ce qui peut conduire à une surestimation de ce pourcentage. Certains points peuvent être améliorés, comme le nombre des navires présents, les trajectoires et manœuvres d’approche et la période de quiétude, globalement moins bien respectés. Un renforcement dans la communication des préconisations de la réglementation, notamment lors de modifications de l’arrêté, est essentiel pour sensibiliser un maximum les différents types d’observateurs aux pratiques responsables et respectueuses. Par ailleurs, l’équipe a constaté une amélioration dans les efforts de communication et d’organisation des zones d’observation, à l’initiative de certains opérateurs qui utilisent la VHF pour gérer l’ordre d’arrivée, les intentions de manœuvres et le temps passé sur zone, entre autres. Ceci pourrait aussi être à l’origine de l’augmentation globale du respect des règles.

Bien que les mises à l’eau soient dorénavant encadrées, l’augmentation des navires dédiés à cette pratique soulève le besoin de regarder de près le développement rapide de cette pratique afin de cadrer au mieux son évolution. La mise en place d’un protocole de mise à l’eau ou d’approche sous-marine des cétacés devra faire l’objet d’un groupe de travail entre opérateurs commerciaux et observateurs sous-marins récréatifs expérimentés. Par ailleurs, la formation à la plongée ou à la randonnée subaquatique ne se substitue pas aux compétences spécifiques nécessaires pour l’approche sous-marine d’un cétacé dans son milieu naturel ; le parcours en ligne (OMEGA) apporte en outre les connaissances fondamentales pour cette pratique.

Enfin, une difficulté récurrente sur le plan d’eau et impactant les conditions d’observation des cétacés est la non-reconnaissance de l’activité d’observation des cétacés d’un point de vue juridique. Cette situation génère une pratique de l’observation sous différentes formes et régimes, engendrant des situations perçues comme de la concurrence déloyale et des conflits entre observateurs sur le plan d’eau. Cette remarque est remontée depuis 2017 à chaque occasion par l’équipe Quiétude auprès des structures institutionnelles, et partagée communément dans les échanges du réseau SOMMOM.

En cours de préparation

Des livrets d'information et de sensibilisation

Guide des comportements
de la baleine à bosse

Un éthogramme simplifié pour être incollable sur les comportements des baleines à bosse en reproduction à La Réunion.

Guide pratique de l'observateur responsable

Et si la protection des cétacés dépendait de vous ? Ce guide vous propose des actions très concrètes en faveur d'un tourisme plus vert pour les habitants du grand bleu !

Charte d'approche
des cétacés

Les principaux points de la charte d'approche résumés en une infographie (1 page)