Les conditions de la pratique de l’activité d’observation des cétacés à La Réunion sont uniques et particulières. La proximité des cétacés ciblés par l’observation avec des stations balnéaires majeures autour de l’île, comme Saint-Gilles-les-Bains, et dans une moindre mesure Saint-Leu et Saint-Pierre, facilite l’accès à l’activité et à sa mise œuvre. Les phases de recherche de cétacés à La Réunion sont courtes. 

Cette accessibilité n’a que peu d’équivalent. Si en Polynésie Française, on peut retrouver cette proximité, la pression démographique dans ce territoire n’est pas comparable à celle de notre île. Ailleurs dans le monde, dans les îles Tonga ou à Hervey Bay en Australie par exemple, le même constat peut être fait. La situation autour de l’archipel d’Hawaii est probablement la plus comparable à celle des Mascareignes.

Il est donc important que les conditions de pratique à La Réunion s’inspirent de ce qui se fait ailleurs afin, à terme, de devenir elle-même une destination modèle et exemplaire dans ses pratiques. Ce développement récent reste une opportunité car l’avenir de l’activité et de ses pratiques dépendra de la capacité à développer une destination aux standards de pratique élevés.

Etat d'avancement
0%

One comment

  1. Exactement ! regardons ce qui a marché ailleurs, dans des situations comparables.
    Même si la Réunion reste un cas particulier, avec une concentration d’humains et de cétacés très importante sur quelques Km 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *